Cochon qui s’en dédit (18/20)

Ses parents l’avaient envoyée en pension, personne n’eut de ses nouvelles. Il faut dire qu’elle avait fait fort.

Petit retour en arrière. Nous sommes le 24 Août et c’est l’anniversaire de la Reine Chloé. Elle avait invité tous les jeunes de son âge, enfin presque tous, lol. À mon avis, on était plus de cent cinquante réunis pour fêter la Reine. Certains m’affirmèrent qu’on était trois cent. Tous les lycées de la ville étaient représentés. L’avantage des réseaux sociaux.

La fête battait son plein, avec sono et DJ. Tout le parc était envahi. Certains s’isolaient pour des bisous très câlins, d’autres ne se gênaient pas devant tout le monde, sur des canapés ou des fauteuils de jardin. Moi, j’étais auprès de Réjane et rien d’autre n’avait d’importance. Vu que la fête se trouvait tout près de chez elle, elle avait l’autorisation de minuit.

C’est avec regret que je la raccompagnais chez elle. Elle m’embrassa tendrement sur le pas de la porte. Mais cette fois, j’en voulais plus. C’est moi qui pris l’initiative du baiser, bien plus gourmand, beaucoup plus passionné. Elle réussit à me repousser un instant pour passer la tête à la porte.

« Maman. Je suis rentrée. Je reste un petit moment avec Hortense ».

Une voix, venue de l’étage, répondit.

« D’accord, ma chérie. Mais ne tarde pas trop. Les nuits commencent à se rafraîchir « .

Je fus la seule à entendre sa réponse.

 » Oui, maman. (Et beaucoup plus bas). Je ne risque pas d’attraper froid ».

Elle referma la porte et je repris mon baiser, tout aussi passionné. Elle aussi répondait à mes caresses. Sa main sur mon sein faisait des merveilles. Moi, je pelotais ses fesses, ses cuisses. Je réussis à atteindre sa petite chatte, par derrière. Elle était en feu, la coquine. Tout comme moi.

Je réussis à m’écarter d’elle pour baisser pantalon et culotte. Enfin, je pouvais goûter à ses trésors cachés. Elle était délicieuse, véritablement exquise. J’aurais pu continuer des heures si un bruit de porte n’avait détruit la magie de l’instant. Elle se rajusta rapidement, déposa un chaste baiser tout près de mes lèvres et rentra chez elle.

Je retournais vers la fête, un peu frustrée, déçue. Mais heureuse tout de même des derniers instants partagés. Durant mon absence, un nouveau groupe de jeunes était arrivé. J’avais aperçu certains lors de rencontres sportives inter-écoles. Quelques filles et plusieurs garçons. Je trouvais un peu bizarre qu’ils restaient à l’écart de la fête.

Au centre de leur groupe, un garçon tenait son téléphone allumé et tous regardaient, et commentaient la vidéo qu’il leur montrait. D’autres jeunes furent attirés par l’attroupement occasionné. Il me semble que le garçon partagea la vidéo avec d’autres car les attroupements se multiplièrent. Bientôt, plus personne ne dansait. Nous étions tous à regarder cette vidéo qui allait faire fureur.

Je m’étais rapprochée du groupe qui s’était formé autour de Yohan. Sur son téléphone, la vidéo tournait en boucle. On y voyait clairement Chloé qui se faisait baiser par un chien. Le gros noir qui l’avait déjà prise, il me semblait. On l’entendait clairement exciter l’animal pour qu’il la prenne bien à fond.

Il est vrai que, vu comme ça, sorti du contexte, elle ressemblait vraiment à une dégénérée. Chloé s’approcha d’un groupe pour s’apercevoir qu’elle était la vedette de la vidéo qui devenait virale. Tous les garçons se la partageaient. Plus personne ne pouvait ignorer que la Reine Chloé était zoophile.

Énervée, elle jeta le téléphone au loin, avant de refaire la même chose avec un autre. Elle ne put en attraper d’autres. Il ne lui restait plus que la fuite pour cacher sa honte. J’en compris un peu plus en écoutant les commentaires de mes camarades.

Chloé s’était rendue seule au parc, je n’étais pas disponible, en plein déménagement. Elle avait attiré un chien dans notre cachette, mais le gros chien noir l’avait vue. Il alla la rejoindre immédiatement, faisant fuir l’autre animal. Très vite, il prit à nouveau possession de sa femelle. Mais sous le regard éberlué de son maître. Celui-ci avait sorti son portable pour immortaliser la scène.

Chloé aussi l’avait vu, mais elle n’était plus capable de réfléchir. Je peux vous confirmer que, dans ces moments-là, elle semblait réellement possédée par le diable, ou je ne sais quoi. Peut-être pensait elle qu’il prenait des photos souvenir, ou qu’il voudrait la baiser à son tour.

Comme mes camarades, j’allumais mon téléphone et allais regarder sur YouTube. La vidéo était en ligne et comptait presque un million de vues. Ça y est, le million venait d’être franchi et ça grimpait encore. Je crois que c’est Alysson qui eut la bonne réaction en allant voir les parents de Chloé. Ils avaient des amis haut placés et des avocats qui sauraient quoi faire.

La vidéo resta en ligne encore une semaine avant de disparaître. Je sus plus tard qu’elle revenait de temps en temps, mais ne restait jamais plus d’une journée.

La fin de la soirée fut plus chaotique. Beaucoup continuaient à parler de cette vidéo, certains se remirent à boire, et quelques-uns retournèrent danser. C’est le papa de Chloé qui avait demandé au DJ de relancer la soirée pour tenter d’oublier l’incident. Autre surprise de la soirée, Yohan est venu danser près de moi. Je voyais bien qu’il me regardait, qu’il m’observait. J’étais flattée et je commençais à fondre.

Quand il se rapprocha pour m’inviter à aller boire un verre, j’étais déjà sous son charme. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour oublier la Reine Chloé. Mais moi, je m’en foutais. J’oubliais Chloé, et Réjane. Et tous les autres. Nous étions côte à côte et je n’étais plus invisible à ses yeux.

Il m’entraina un peu à l’écart pour pouvoir parler plus facilement. Je tremblais, mais ce n’était pas de froid. Pourtant, c’est ce qu’il pensa et, enfin, il me serrait dans ses bras pour me réchauffer. Je posais ma tête sur son épaule. J’étais au paradis. Enfin presque.

Je pense qu’il a pris mon geste comme une invitation à continuer. Quand j’y repense, c’était exactement ce que j’attendais depuis si longtemps. Il commença par des petits bisous sur le visage, avant d’atteindre ma bouche. Mes lèvres s’ouvrirent toutes seules, attisées par son désir que je sentais grandir. Il posa ma main sur sa queue qui se mit à durcir immédiatement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *