Élise (18/21)

Tous se levaient de temps en temps pour aller se défouler sur la piste de danse, seule Yasmina se levait rarement, mais elle aimait les observer de loin. Elle me commanda une bouteille de champagne que je m’empressais de lui remonter pour lui servir une coupe. Elle me demanda aussi de rester près d’elle et glissa sa main sous ma jupette.

Ses doigts m’exploraient, me caressaient, et moi je me laissais faire. Ses amis revenaient uns à uns et elle continuait son exploration, passant ses doigts sous ma culotte. Elle les ressortit humides de ma mouille et les lécha avant de continuer ses caresses. Une de ses amies l’a interrogée, en russe donc je n’ai pas compris, mais je savais que l’on parlait de moi.

D’ailleurs, sa main vint se poser sur mes fesses presque aussitôt. Les mecs regardaient et s’en amusaient. C’est bien un fantasme de tous les mecs de voir deux filles se caresser, se lécher et de jouir enfin sous les caresses de l’autre. Yasmina et son amie se sont mises d’accord pour descendre ma culotte et me l’enlever, mais j’étais déjà trop excitée pour les en empêcher.

Je levais mes pieds, un par un, et ma culotte se retrouva dans les mains de son autre voisine qui la porta à son visage. Puis je la vis passer de mains en mains, garçons comme filles, et c’est un des garçons qui la fourra dans sa poche, avant de rouler une pelle à sa copine, assise sur ses genoux.

La température était montée d’un cran et les couples se lâchaient, les mains des garçons disparaissaient sous les jupes des filles, tandis que les filles massaient la bosse qui déformait leurs pantalons. L’une des filles s’installa à califourchon sur les cuisses de son mec et le laissa ouvrir son chemisier, sortir ses seins de leurs bonnets et il se mit à la sucer et à la caresser tandis qu’elle le massait par des mouvements de hanches.

Des mouvements circulaires qui semblaient faire leur effet. La musique, l’alcool surtout, semblait inhiber tous les tabous. Un des couples se leva et se dirigea vers les toilettes, la fille semblait tirer le mec par sa queue. En tout cas, il la suivait docilement. Yasmina et son amie continuaient à me faire du bien, une autre fille restait là, à regarder ce qui se passait. Elle se leva et se plaça devant moi, me cachant ainsi du reste de la salle, qui d’ailleurs ne s’occupait nullement de ce qui se passait ici. Elle me regarda droit dans les yeux, mais moi, j’étais déjà ailleurs.

Une des deux filles, je ne sais pas laquelle, avait entré deux doigts dans ma chatte et les faisaient aller et venir doucement, me massant l’intérieur de la vulve. L’autre caressait mes fesses, et mon anus. La troisième, devant moi, pinça mes tétons à travers le tissu. Le plaisir qu’elle lut dans mes yeux l’incita à continuer et même à aller plus loin.

Elle m’embrassa sur la bouche tandis que ses mains ouvraient mon chemisier. Elle était si près de moi que je sentis qu’une autre main se glissait sous sa jupe à elle et la massait également. Sa bouche descendit sur mes tétons qu’elle avait découverts et les lécha, tantôt l’un, tantôt l’autre, sa main prenant le relais de sa bouche.

De mon côté, je retardais le plus possible le moment d’exploser sous leurs caresses. Et c’est bien celle qui me titillais les tétons qui finit par jouir la première sous les doigts experts de son amie. Elle en tomba à genoux devant moi. La coquine Yasmina souleva ma jupette et la força à approcher ses lèvres des miennes. Puis laissa retomber le tissu pour la cacher, cacher ce qu’elle me faisait. Yasmina me regardait pour voir l’évolution du plaisir sur mon visage, tandis que son amie souleva le top de la jeune fille pour caresser ses seins à pleines mains.

Je posais les deux mains sur la tête de celle qui me faisait si bien jouir et l’obligeais ainsi à boire tout mon jus d’amour. Les yeux au ciel et la tête dans les nuages. Quand je regardais à nouveau autour de moi, tous les amis de Yasmina se trouvaient là et regardaient le spectacle que nous proposions toutes les quatre. Une jeune fille, les seins à l’air et la tête sous ma jupette, moi aussi les seins sortis de leurs bonnets, et surtout le plaisir que l’on pouvait lire dans mes yeux.

Un des mecs força sa copine à le prendre en bouche, deux autres suivirent, la dernière refusa mais accepta de le branler avec ses petites mains sur la queue monstrueuse.

Yasmina fit signe à Élise de renouveler les consommations de la table et elle revint très vite le plateau chargé. Yasmina voulait me garder près d’elle et me fit reculer d’un pas, plus proche d’elle encore. La jeune fille qui m’avait si bien léchée restait là, à genoux. Celle qui l’avait pelotée ôta son top et son soutif et elle se laissa admirer de tous.

Élise allait repartir quand Yasmina lui demanda de s’approcher de la jeune fille, souleva la jupette comme elle l’avait fait avec moi. Trop heureuse de participer enfin, Élise accepta la caresse de la langue de la jeune fille qui savait bien y faire. Tout le groupe se rapprocha pour voir de plus près et des mains baladeuses commencèrent à se promener, tant sur les seins de la jeune fille que sur les fesses d’Élise, qui elle, n’en avait cure.

Fille ou garçon, seul son plaisir comptait. Une fille se plaqua derrière elle et commença à la peloter, tandis qu’un mec, son mec peut-être ? lui bouffait le cul avidement. Maintenant, c’est moi, en compagnie de Yasmina, qui assistait au spectacle. Malgré toute sa volonté de retarder le plus possible, Élise ne put résister très longtemps à la vague déferlante de caresses de toute part.

Elle se lâcha enfin, inondant le visage de la jeune fille. Elle s’éclipsa rapidement avec le plateau de verres et bouteilles vides et, une fois débarrassée se rendit aux toilettes pour se rafraichir. Celle qui l’avait pelotée par derrière s’agenouilla pour embrasser la jeune fille et gouter au miel laissé sur ses lèvres par Élise. Son mec (?) seul la pelota tandis que toutes les mains se concentraient sur l’autre jeune fille.

Elle se retrouva rapidement allongée sur la banquette, les collants et le string sur les chevilles, tandis qu’une fille (celle qui l’avait déshabillée tout à l’heure) lui faisait un magnifique cunnilingus. Elle cria sa jouissance, ne se contrôlant plus. Elle resta de longues minutes, inerte, tandis que d’autres langues, filles et garçons, se chargèrent de la nettoyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *