Vacances en famille, la suite (09/18)

Jérôme jouait avec les enfants tandis que sa femme finissait de préparer le déjeuner. Je passais tout près d’elle pour lui faire la bise mais elle tourna la tête et ce sont ses lèvres qu’elle m’a offertes. Et que j’ai goûté de nouveau. Beaucoup trop de monde sur la plage publique l’après-midi, nous avons donc privilégié la piscine privative du camping. Quand j’aperçus Fanny et Justine qui se dirigeaient vers la plage, je les invitais à venir nous rejoindre. Fanny a pris place sur un transat, entre Ingrid et moi. Malicieusement, elle m’a tendu son flacon de protection solaire. Je m’en saisis, m’enduis les mains avec le produit et je commençais par l’appliquer sur ses jambes. Je donnais le flacon à Ingrid et je l’invitais du regard à faire de même de son côté. Ce sont donc quatre mains qui se promenaient sur le corps voluptueux de la future maman. Quand elle souleva légèrement ses cuisses pour que nous puissions passer dessous, nous avons clairement vu la petite tâche d’humidité qui se propageait au niveau de son entrejambe. Ingrid la fixa intensément pour lui faire comprendre que c’était normal dans son état. Je remontais vers ses bras, ses épaules et je baissais légèrement la bretelle qui maintenait son maillot de bain. Je pouvais donc protéger le dessus de sa merveilleuse poitrine. Ingrid en fit de même et, devant le regard suppliant de Fanny, nous nous sommes regardées avant de baisser simultanément le haut de son maillot. Sa poitrine était maintenant parfaitement visible, exposée uniquement à nos regards. Dans la position où nous étions, personne ne pouvait voir, ou même deviner, ce que nous faisions. Ingrid a repris un peu de produit pour malaxer le sein à sa portée, j’en ai fait de même pour l’autre sein. Fanny a simplement posé ses mains sur les nôtres au moment suprême. La tâche d’humidité était maintenant parfaitement visible entre ses cuisses. J’ai posé une serviette pour cacher le plaisir qu’elle venait de vivre.

Jérôme était dans la piscine avec les enfants et Justine. Il me raconta, un peu plus tard, qu’il avait osé prendre la main de la jeune fille pour la glisser dans son maillot. Un peu réticente au début, il a lâché la main quand il a compris qu’elle acceptait le contact. Jérôme n’a pas tenté de la toucher, elle, se contentant de la caresse de la jeune fille. Elle serrait la queue entre ses doigts et elle le branlait tout doucement. Elle n’avait sans doute pas énormément d’expérience mais elle avait déjà branlé un homme avant lui. Il a dû s’éloigner lorsque Céliane s’est approchée d’eux. Il jouait avec les plus jeunes mais il observait sa fille et Justine. Il ne pouvait pas deviner que Céliane avait déjà glissé sa petite main dans la culotte de Justine et c’est pour cela que celle-ci reculait jusqu’au bord de la piscine. Là, à l’abri des regards indiscrets, seul son père, présent dans la piscine, pouvait voir ce qu’elle faisait, elle baissa la bretelle du haut de maillot et goba immédiatement le sein à la portée de sa bouche. Jérôme pouvait apprécier la domination que sa fille pouvait exercer sur son entourage, et sur cette jeune fille en particulier, et la docilité dont faisait preuve la jeune apprentie. Il avait déjà vu sa jeune poitrine,  hier sur la plage, quand nous sommes sorties de l’eau. Il l’avait vue à la boutique, avec Fanny, et chaque fois qu’elles descendaient à la plage, puisqu’elles devaient passer devant le chalet qu’il occupait. Le premier jour, il leur avait proposé son aide pour descendre tout le matériel de plage, siège et parasol. Fanny avait accepté immédiatement, même si c’était plutôt Justine qui portait tout. Jérôme n’avait jamais imaginé qu’il pourrait se passer quelque chose avec la jeune fille, encore moins avec Fanny. Même s’il avait toujours adoré les femmes enceintes, la sienne surtout mais les autres aussi. L’un de ses plus profonds regrets, c’était de ne plus pouvoir vivre ces instants magiques avec Ingrid, et ce serait encore mieux si c’était son propre fils qu’elle portait.

Il assistait impassible à la scène. Quand il s’était retrouvé dans la piscine, près de Justine, il y a quelques minutes, il n’avait pas pu résister à l’envie de sentir sa main sur son sexe. Même si elle avait un peu résisté au début, elle avait continué à le caresser lorsqu’il avait lâché sa main. Elle n’avait cessé que lorsque Céliane l’avait entraînée vers le bord de la piscine, à l’abri du regard de tous, sauf lui. Il avait parfaitement vu la bretelle du maillot descendre et la bouche de sa fille venir gober le sein ainsi découvert. Il jeta un œil autour de lui, Ingrid et moi étions très occupées avec Fanny. Il ne pouvait résister à l’envie de s’approcher des deux filles. Céliane était très occupée à téter sa proie mais elle sentit sans doute ce qui se tramait et elle descendit la seconde bretelle juste au moment où son père arrivait près d’elle. Elle baissa entièrement le maillot devenu inutile et Jérôme put prendre en bouche l’autre sein de l’apprentie. Elle ne se débattit même pas, la seule réaction fut un murmure « Oh non » que Céliane entendit parfaitement. Justine se faisait bouffer les seins par le père et la fille, ne se protégeant nullement. Seules ses mains se débattaient sous l’eau, à la recherche d’un appui, d’un soutien. Ses doigts touchèrent quelque chose, elle attrapa cette chose et elle ne la lâcha plus. Jérôme avait baissé son maillot de bain et c’est sa queue que la jeune apprentie tenait précieusement serrée entre ses doigts. Elle s’y accrochait d’autant plus que Céliane avait déjà glissé sa petite main dans la culotte de Justine et la doigtait avec dextérité. Jérôme posa pour la première fois sa main sur la jeune fille et caressa ses fesses, passant sous le maillot. Justine dut écarter les pieds pour que la culotte reste à portée de ses mains. Elle offrait ainsi son intimité à ses deux tourmenteurs.

2 réflexions sur “Vacances en famille, la suite (09/18)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *