SANDRA (02/03)

La pause-café le matin, puis nous sommes allées déjeuner dans un petit restaurant tout près de la salle qu’elle connaissait bien. J’ai oublié de préciser qu’elle vivait ici, à Nevers. L’après-midi comme le matin, toujours côte à côte. Le soir, elle m’a suivie jusqu’à mon hôtel où j’ai pris une douche avant de me changer pour la soirée. Je l’ai conduite chez elle dans la BMW de papa, sièges en cuir et tout. Lol. Un vrai piège à filles, disait mon père. Sandra semblait apprécier le luxe de l’habitacle. Arrivées chez elle, elle m’offrit un café le temps qu’elle prenne sa douche et qu’elle se change à son tour. On est restées un moment à discuter, assises sur son canapé. Puis, on est allées dîner dans une auberge, un peu à l’écart du centre-ville. Avant de nous rendre dans une boite de nuit.

Beaucoup de monde sur la piste où on s’est amusées comme des fofolles. Beaucoup de frottements avec les autres danseurs et danseuses. Des mains baladeuses, comme souvent. Puis un mec un peu trop sûr de lui. Je me retourne pour lui filer une baffe retentissante. Il veut s’énerver, se rebiffer mais tout le monde se met à rire de lui et il sort, penaud. Son copain s’était agrippé à Sandra. Il la pelotait malgré ses tentatives de se libérer. Je lui demande de la lâcher, il rigole. Je passe derrière lui et lui prends les couilles à pleines mains et les serre comme des noisettes. Aussitôt, il lâche prise et se tord de douleur. J’insiste pour qu’il lui demande pardon. Je lui tords encore un peu et il cède, demande pardon et file vers les toilettes.

On a continué à danser encore un peu avant de trouver une place pour s’asseoir. Deux hommes, style  » Jeunes Cadres Dynamiques  » nous ont proposé de nous offrir à boire, et nous avons accepté. Ils ont commandé une bouteille de champagne, jus d’orange pour moi, volant oblige. Ils étaient gentils et polis. Comme je ne buvais pas (d’alcool), les deux mecs s’intéressaient beaucoup plus à Sandra qui riait bêtement à toutes leurs blagues. Rapidement, les mains se firent baladeuses et Sandra acceptait tout. Enfin presque. L’un deux voulut baisser sa robe pour découvrir sa poitrine mais elle ne se laissa pas faire. Pas en public. Il ne fallait pas exagérer, tout de même. Ils ne s’occupaient pas de moi, ou si peu. J’étais comme transparente. Je me mis à penser qu’ils m’avaient sans doute vue avec les deux mecs qui nous importunaient et restaient méfiants à mon égard. Je passais malgré tout une bonne soirée.

 

L’un des deux copains voulut entrainer Sandra vers les toilettes. Je leur proposais de plutôt nous suivre chez elle. On y serait mieux installés. Je pris ma voiture, Sandra à mes côtés pour me guider, les deux mecs derrière dans leur véhicule. Avant de quitter la boite, ils étaient passés par le bar pour reprendre une bouteille de « champ » à emporter. Arrivés dans l’appart, Sandra alla la mettre au frais quelques instants. Elle revint s’asseoir sur le canapé, un mec de chaque côté d’elle, et moi seule sur le fauteuil. Ils reprirent leurs caresses là où ils s’étaient arrêtés. Une main se posa sur l’un de ses genoux. L’autre copain en fit autant et doucement, je vis les cuisses s’écarter et apparaître son string noir. Lentement, les mains remontaient le long des cuisses longilignes. Elle se laissait faire et elle y prenait un plaisir indéniable.

 

Sandra se leva pour aller chercher la bouteille et des flûtes. Désormais, je pouvais boire moi aussi. Le temps qu’elle revienne, j’appris que les deux hommes étaient amis d’enfance, qu’ils travaillaient pour le même labo pharmaceutique. Leurs prénoms, je les ai oubliés. Appelons les Pierre et Paul. Sandra revint avec la bouteille et on trinqua ensemble. Mais très vite, leur intérêt pour Sandra reprit le dessus et je devins à nouveau transparente, inexistante. Mais je profitais du spectacle qu’ils m’offraient, leurs mains qui déshabillaient mon amie. Des murmures dans le cou, des caresses. L’un d’eux baissa le zip de sa robe tandis que l’autre dénudait sa petite poitrine. Sandra et moi, on était identiques, de corps. Plutôt menues, j’étais un peu plus musclée qu’elle mais sa poitrine était légèrement plus visible que la mienne.

 

J’étais spectatrice de leurs caresses, comme si j’assistais personnellement au tournage d’un film porno. Sa robe lui faisait une ceinture autour de la taille désormais. Elle avait soulevé ses fesses pour que l’un d’eux la remonte au-dessus de son string. Pierre détacha le soutif que Paul s’empressa d’enlever. Ou bien, c’est l’inverse. Au diable les prénoms. Seule l’action compte. L’un d’eux se pencha pour emboucher ses tétons tandis que l’autre avait agrippé son string et tentait de le descendre. Docile, Sandra se laissait dominer par les deux hommes qui semblaient habitués aux parties à trois. Ils n’en étaient sûrement pas à leur coup d’essai. L’esprit embrumé par l’alcool, l’ivresse des caresses prodiguées, Sandra gémissait doucement.

 

Sandra était complètement nue désormais, un homme entre ses cuisses, l’autre s’occupant de ses petits seins. Les gémissements se transformèrent en râle quand enfin ils l’allongèrent sur le canapé. L’un d’eux la pénétra tandis que l’autre investissait sa bouche gourmande. Tel un ballet parfaitement exécuté, ils échangeaient leurs places pour alterner les plaisirs, toujours sans se soucier de moi. Pas encore. L’un d’eux proposa de la prendre en levrette. Je suggérais qu’on serait bien mieux dans la chambre. Ils acceptèrent cette suggestion et l’un des hommes porta Sandra jusque sur son lit. L’autre me prit par la main pour m’attirer à lui et m’entraîner avec eux.

 

J’avais enfin ma place au sein du trio. Paul, ou Pierre, me déshabilla entièrement et m’offrit un merveilleux cunni. Ce fut le début des festivités pour moi aussi. Quand il me sentit prête à l’accueillir, il enfila un préservatif et me pénétra tendrement, amoureusement. L’un comme l’autre, je pus le vérifier plus tard, faisaient très attention à leurs partenaires. Ils étaient doux, et tendres. Bien loin des hommes bestiaux que j’avais pu rencontrer jusqu’à présent.

5 réflexions sur “SANDRA (02/03)

  1. You actually make it seem so easy with your presentation but I find this matter to be really
    something that I think I would never understand.

    It seems too complex and very broad for me.
    I’m looking forward for your next post, I’ll try to get the hang of it!

  2. Hello! I know this is sort of off-topic but I needed to ask.
    Does managing a well-established website like yours require a
    massive amount work? I’m completely new to operating a
    blog however I do write in my journal every day. I’d like to start a blog so I will be able to share my
    own experience and views online. Please let me know if you have any ideas
    or tips for brand new aspiring blog owners. Appreciate it!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *