FATIMA (04/04)

« Oui, Madame. Je lui dirais. Et oui, je pense à une fille qui bosse ici également et qui m’achète des produits assez souvent ».

« C’est bien. On verra comment la piéger elle aussi et faire ce plaisir à ton copain ».

« Merci, Madame. Merci pour tout ».

Je les laissais se rhabiller et on se dirigea vers le parking. Mélanie me suivait de très près et en arrivant à la voiture d’Odile, elle me demanda si je pouvais la raccompagner chez elle. En prétextant qu’il était tard et qu’elle ne souhaitait pas rentrer en bus. Elle m’avoua plus tard que sa voiture était sur ce parking mais qu’elle voulait me parler encore.

Elle me guida jusqu’à son immeuble. Elle me montra les lumières de son appartement, au troisième étage. Son copain était donc rentré. Elle que j’avais vue si fière, se promenant entre les rayons, était devenue une petite fille timide.

« Madame. Je peux vous demander ? »

« Oui, Mélanie. Je t’écoute ».

« Je voudrais … J’aimerais beaucoup … Vous revoir. Vous seulement … Et … ».

« Tu veux que nous fassions l’amour seulement toutes les deux ? »

Elle hocha de la tête.

« Alors, demande-le clairement ».

 » Madame, nous pourrons refaire l’amour, seulement nous deux ? »

« Bien sûr, ma chérie. Nous le ferons très souvent ».

Elle me prit dans ses bras et c’est elle qui m’offrit ses lèvres. Elle était chaude, et tendre. Comme amoureuse. Mais soumise certainement. J’ai toujours pensé que les femmes sont naturellement attirées vers les autres femmes. C’est ensuite l’éducation des adultes qui nous entourent qu’on devient homophobes, ou islamophobes. Même sans aller jusque-là, on nous apprend, dans les livres, sur tous les supports possibles, qu’un couple, c’est un homme et une femme. Point final.

Pour Mélanie, comme pour moi, nous avons été programmées pour être hétéros, sans possibilité de vivre simplement suivant ses goûts propres. Plus tard, le libertinage permet de vivre des expériences avec des femmes mais en présence de ton mâle. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi les hommes ont tellement envie de voir deux femmes ensembles, avant de les baiser l’une après l’autre.

Je viens à peine de vivre ma première expérience avec une femme, Jenny, et déjà, les envies de domination prennent le dessus. Serais-je une Maîtresse née ? Toutes ces réflexions me tinrent longtemps éveillée. Le lendemain, je recevais une invitation à venir boire le thé chez Liliane. Pour le vendredi après-midi. J’organisais mon planning pour me libérer, d’autant que Fanny était à même de me remplacer, au cas où. Je me rendais toute joyeuse à ce Tea-time, en espérant y revoir Jacinta.

Je me présentais à l’heure dite devant la grille. Grâce à la caméra vidéo, Liliane me reconnut et m’ouvrit le portail en fer forgé. Jacinta était bien là, ainsi qu’une autre femme, une amie que Liliane me présenta.

« Emma. Je te présente Nicole. Une amie très chère. C’est elle aussi une riche héritière, comme moi. Ses parents sont dans le parfum ».

« Nicole. Je t’ai déjà parlé d’Emma « .

Je m’approchais d’elle pour la saluer quand elle se leva pour me serrer dans ses bras. Puis elle me fit deux bises, tout près des lèvres. Je sentais sa lourde poitrine contre moi et déjà, je savais. Il se passera quelque chose, encore une fois. Je ne cherchais pas vraiment, pas toujours, mais souvent, cela arrivait sans qu’on s’y attende. Nicole reprit place près de son amie Liliane, Jacinta sur un fauteuil tout comme moi. Nous parlions de choses et d’autres quand Liliane demanda à Jacinta de nous servir. Celle-ci se leva pour aller chercher le plateau avec les tasses, et la théière où la boisson ambrée infusait. Des macarons accompagnaient cette collation.

« C’est une véritable perle rare que tu as trouvée là, Liliane. Docile et obéissante. Et très jolie en plus « . Dit Nicole.

« Ce n’est pas moi, mais Emma qui l’a trouvée, et m’a proposé de l’héberger le temps qu’elle finisse ses études « . Répondit Liliane.

« Intelligente en plus, ce qui ne gâte rien « . Ajouta Nicole.

« Oh, Madame. Pas plus qu’une autre « . Répliqua Jacinta.

« Et modeste en plus. Toutes les qualités. Emma, vous êtes une vraie découvreuse de talents ». Dit Nicole en se tournant vers moi.

« Je n’ai fait que mettre en relation, deux femmes qui avaient besoin l’une de l’autre. Liliane qui souhaitait mettre fin à sa solitude et Jacinta qui cherchait un hébergement, et un travail pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille ». Répondis-je.

« Vous êtes bien modeste vous aussi, Emma. Liliane m’a avoué que cela allait au-delà de ses attentes ». Ajouta Nicole, avec un regard vicieux.

Je fixais Nicole dans les yeux, puis Liliane, avant de me tourner vers Jacinta.

« Jacinta, ma chérie. Liliane a besoin de tes services ».

Sans plus de précision. La jeune fille se leva et se mit à genoux devant sa patronne, qui avait déjà écarté les cuisses. Elle souleva ses fesses quand sa jupe remonta sur sa taille. Nicole était subjuguée par tant d’obéissance. Je me levais à mon tour et soulevais la jupe de Jacinta. Je frottais mes doigts sur sa fente et les montrais, tous humides à Nicole.

« Et elle ne fait pas semblant, elle aime vraiment ce qu’elle fait « .

Nicole approcha sa bouche pour lécher mes doigts. Gourmande.

« Vous aussi, vous avez besoin de ses services ?  »

Nicole n’osa pas répondre ouvertement mais son corps parlait pour elle. Jacinta s’était jetée sur la chatte juteuse de Liliane qui ne tarderait pas à jouir. La situation, devant son amie, semblait décupler son plaisir. 16.11.Je m’approchais de Nicole, l’aidais à se lever. Je défis sa jupe qui glissa au sol, puis, je m’accroupis devant elle en baissant ses collants sur ses chevilles. Puis ce fut son tanga. Elle se rassit près de son amie qui se mordait le poing pour ne pas hurler devant nous.

Jacinta changea de partenaire sans qu’on le lui demande. C’était une évidence. Comme pour moi, d’aller récolter le fruit de sa jouissance sur les lèvres intimes de Liliane. Je remontais ensuite l’embrasser à pleine bouche pour partager ce nectar.

Nicole, peu habituée à ce traitement, se mit à jouir bruyamment très vite. Jacinta avala son nectar jusqu’à la dernière goutte et comme moi, vint partager le jus d’amour avec sa propriétaire. Nicole finit par la repousser au bout d’un moment. Trop de bonheur d’un coup. Jacinta resta assise sur le sol, entre les deux femmes. Liliane lui caressait les cheveux tendrement. Quand Nicole put enfin s’exprimer normalement, elle se tourna vers moi pour me dire.

« Si vous avez d’autres perles comme elle, j’en veux une moi aussi. Et j’ai nombre de mes amies qui seraient intéressées également ».

« Vous avez véritablement un don pour dénicher des pépites. Pour cela, et pour le reste, vous aurez une prime pour chaque mise en relation.

Dans son regard, je lisais qu’elle était vraiment sérieuse quand elle parlait affaires. Restait pour moi à trouver d’autres filles comme Jacinta.

Nous avons changé de sujet et je suis restée un bon moment avec elles. Je pris congé quand je sentis la tension érotique monter dans ce salon. Les deux femmes avaient encore envie de jouer avec Jacinta qui n’en demandait pas tant. Jacinta m’avoua le lendemain que Nicole n’était partie qu’au petit matin, comblée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *