Jenny (08/27)

Les mains de Jenny s’agrippèrent aux fesses de la jeune fille et elle entreprit de lui bouffer la chatte, en bonne et due forme. Val, quant à elle, lui avait relevé les jambes verticalement avant de positionner ses pieds sur ses épaules. Jenny était complètement écartelée et Val s’attaqua à son anus frétillant. Sa langue tournait autour de la rosette, l’effleurant toujours sans la pénétrer. Un doigt, puis deux s’engouffrèrent dans son vagin, recueillant son jus d’amour, avant de descendre vers sa rondelle. La première phalange entra facilement, la seconde plus difficilement. Le doigt inquisiteur tournait dans son cul pour élargir le passage. Un autre doigt vint les rejoindre et continuèrent à la dilater. Méthodiquement. De son sac, tout près d’elle, elle sortit un gode de belle taille, emprunté à sa mère, dira-t-elle plus tard. Elle le plaça sur la vulve offerte qui l’aspira, à moitié.

Avide de sexe et de nouvelles sensations, Jenny se jetait à la rencontre de ce phallus artificiel. Une fois bien lubrifié, Val le plaça sur la rondelle. Le trou palpitait d’envie. Val le voyait s’ouvrir pour tenter de happer l’instrument de son futur plaisir. Vicieuse, Val forçait sur l’anus puis stoppait. Et recommençait. Ce petit jeu dura plus d’un quart d’heure, jusqu’à la jouissance de Typhaine. Jenny lui ôta son string et la nettoya entièrement, jusqu’au cul. Typhaine défit sa jupe qui glissa sur le sol et s’agenouilla sur le canapé.

Elle se trouvait aux premières loges pour voir le gode enfin disparaître dans le cul de sa maitresse de stage. Un premier centimètre, puis un autre, et finalement tout entier. Elle tritura le clito gorgé de plaisir et un flot de mouille sortit de sa chatte, humidifiant sa fente jusqu’à l’anus. Sous l’initiative de Val, le gode commença à entrer et sortir de son cul, parfaitement huilé. Typhaine se pencha pour prendre en bouche le clito et le faire grossir encore. Jenny, elle, posa sa main droite sur les fesses nues de la jeune fille et son majeur s’égara vers le petit trou. Une seule phalange entra et se mit à tourner dedans, pour l’assouplir. Mais, prise par son propre plaisir, elle resta un moment inerte, puis, quand la jouissance explosa en elle, elle se tendit et son doigt pénétra tout au fond. Ce qui déclencha l’orgasme de Typhaine.

Val installa confortablement son amie, en profita pour lui ôter son top et le soutif pour enfin admirer la jeune poitrine. Elle allongea ensuite Jenny, les pieds sur les cuisses de Typhaine, et la tête dépassant du canapé, sur l’accoudoir. Elle vint alors frotter sa fente sur le visage de Jenny. Elle baissa ensuite leggings et string à mi-cuisses avant de remettre la tête entre ses cuisses, les vêtements servant de support pour la tête. Et la bouche se mit en action. Aspirant ici, léchant là, elle amena Val vers son premier orgasme. Elle prit place sur le canapé, le haut du corps de Jenny sur ses cuisses. Elle lui caressait les seins, presque mécaniquement, tandis que Typhaine lui titillait le clito. Pas un mot n’avait été prononcé, uniquement des soupirs de plaisir. Typhaine rompit le silence.

« Jenny, je te présente Valentine. C’est une amie avec qui je m’entends très bien, comme tu as pu le constater. Nous avons des cours en commun et c’est pendant un cours qu’une phrase m’a échappé. Elle n’a eu de cesse jusqu’à ce que je lui raconte tout. J’insiste. Tout »

« Elle sait tout de toi et elle a très envie de vivre une aventure avec une vraie femme. Moi, je viendrais parfois te voir, vous voir, mais j’ai rencontré un garçon et je veux nous donner toutes les chances de réussite. »

« Elle connait aussi d’autres jeunes filles qui aimeraient tenter le saphisme. Et qui d’autre, mieux que toi, pourraient leur faire vivre ce que j’ai vécu dans tes bras. »

Val ajouta :

« Certaines sont même prêtes à payer pour tes services »

Jenny rougit à l’évocation de gagner de l’argent avec sa chatte, sans pour autant se faire baiser par un mâle, inculte et malodorant.

« Ce fric servira avant tout à acheter les jouets de plaisir. J’ai vu qu’il y avait un sex-shop tout près de chez toi. »

« On t’achètera des trucs sexy aussi, nuisettes transparentes, strings et bas. »

« Tu aimes mon programme ? »

Jenny acquiesça, d’un signe de tête.

« Je veux l’entendre de ta bouche »

« Oui, ce programme me convient parfaitement. »

« Oui, qui ? »

« Oui, Mademoiselle. » ajouta Jenny en baissant les yeux.

« Commençons avec Typhaine. Regarde comme sa chatte a besoin de ta langue. »

Jenny se mit à genou entre les cuisses de Typhaine et débuta le traitement. Léchage en règle et revue de détails. Val se plaça debout derrière le canapé pour s’occuper de ses seins. Elle en rêvait depuis qu’elles prenaient leurs douches ensemble, après le sport. Elle malaxa les globes, tritura les tétons qui durcirent très vite. Enfin, elle pouvait jouer sur cette poitrine une partition à dix doigts. Elle ôta son top pour se retrouver nue comme les deux autres et se déplaça sur le côté du canapé. Elle offrit enfin sa poitrine à la bouche gourmande de son amie.

Typhaine ne tarda pas à jouir, mais continua à téter son amie, tandis que Jenny la nettoyait. Val prit place sur l’accoudoir, gardant la bouche sur sa poitrine et Jenny entreprit de la lécher à son tour. Elle jouit à nouveau sous les caresses de ses deux complices. Les deux filles se rhabillèrent devant Jenny, toujours nue. Val enregistra le téléphone de Jenny sur son portable. Lui promettant de l’appeler le lendemain pour prendre rendez-vous. Jenny se coucha sans se laver, ce soir-là, pour garder sur elle le plus longtemps possible l’odeur des deux coquines.

Val tint parole et l’appela alors qu’elle était en pause. Elle lui demanda si elle pouvait se libérer ce jeudi après-midi. Jenny accepta aussitôt, elle savait qu’elle avait des heures à récupérer. La journée, et celle du lendemain, passèrent sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte. La matinée du Jeudi, elle la passa comme dans un brouillard. Midi trente. Elle était chez elle. Pas faim. Pas vraiment. L’estomac noué. Val arriva vers 13 heures, accompagnée d’une magnifique petite black. Val fit les présentations :

 » Soraya, je te présente Jenny, qui va t’initier aux plaisirs ».

 » Elle te convient ?  »

La jeune fille baissa les yeux en signe d’acceptation.

« Avant toute chose, tu dois payer d’avance. »

Soraya sortit deux billets de 100 Euros qu’elle tendit à Jenny.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *